4 préjugés sur les intolérants aux produits laitiers

Les intolérances alimentaires deviennent courantes et donnent même un effet de mode. Il y a cependant quelques incompréhensions voire des raccourcis faits sur les personnes intolérantes aux produits laitiers. Il n’est pas toujours évident de connaître les nuances et les spécificités tant que l’on n’a pas été confronté à cette problématique. Déblayons le terrain ensemble !

1er préjugé: Intolérant au lait = intolérant au lactose ?

On vous dit « intolérance au lait » vous répondez « ah oui au lactose !? ». Attention aux amalgames !

Il y a eu en effet beaucoup de communication sur l’intolérance au lactose qui est l’incapacité à digérer le sucre du lait en raison d’une carence en lactase (enzyme digestive). Cette enzyme est présente chez l’enfant jusque 3 -4 ans puis elle diminue fortement voire elle disparait à l’âge adulte.

La plupart des adultes ne digèrent pas le lactose. Par conséquent il ne s’élimine plus correctement et il va se déposer dans l’organisme. Notamment dans les articulations où il se manifestera par des inflammations chroniques ; dans la sphère ORL par une surproduction de mucus qui engendra des rhinopharyngites, des bronchites ; ou encore des problèmes de peau avec de l’acné, de l’eczéma.

Elisa Michelet

Pour information il y a la même proportion de lactose dans les laits de vache, de chèvre et de brebis. Dans certains fromages, le lactose est retrouvé sous forme de traces. Par exemple les fromages à pâtes dures comme le comté, le gruyère, le gouda, le cantal etc…

Dans le lait animal, il y a aussi des protéines et la caséine est la principale protéine du lait Pour les personnes allergiques ou avec une grosse intolérance, il est nécessaire d’éviter toute consommation de laits animaux, de fromages, de yaourts, de kéfir de lait et de les remplacer par des laits végétaux.

La caséine lactique est également utilisée comme un additif par les industriels dans de nombreux produits que l’on ne soupçonnerait pas.

 Notamment dans les plats préparés, les biscuits, les gâteaux, les pâtes à tarte industriels, le pain de mie, le pain brioché, la charcuterie etc… Cependant bonne nouvelle pour les légères intolérances à la caséine, il y en a peu dans le beurre (0.9 g pour 100 g)  et la crème (2.3 g pour 100g). 

Les symptômes d’une intolérance à la caséine et au lactose peuvent être similaires : crampes intestinales, diarrhées, ballonnements, maux de tête, douleurs articulaires, crises d’urticaires, vomissements etc…

La différence à retenir est :

  • Lactose = sucre du lait
  • Caséine = protéine principale du lait

2nd préjugé: produits sans lactose = sans caséine 

Un vrai casse-tête ! On n’y comprend plus rien sur les étiquettes ! Est-ce que le fait qu’il y a d’écrit sans lactose signifie qu’il n’y a pas de caséine ?

Pas du tout ! Il faut bien faire la différence sur les produits sans lactose et sans caséine ! Beaucoup d’industriels proposent des produits sans lactose mais pour autant il y a du lait !

Beaucoup d’étiquettes sont malheureusement mal rédigés et sèment systématiquement le doute sur la présence de caséine.  Je prends l’exemple au hasard des terrines de lièvre/sanglier/cerf :

1ère lecture : on constate qu’il y a bien du lait dans les ingrédients. Ensuite, je regarde un peu plus bas la mention Allergènes :

2nd lecture : on constate qu’il y a du lactose. Donc y a t-il forcément de la caséine lorsqu’il y a présence de lactose ? Pour en savoir plus, je décide de contacter Conso Trust cité sur l’étiquette en bas à droite. J’attends un retour prochainement et je vous en ferai part.

En attendant, J’ai cherché à me renseigner en appelant quelques producteurs de saucisson. Les réponses apportées restent flous. « Je ne sais pas. Il y a une molécule du lait présente dans le saucisson en tout cas. » Je continue donc mon raisonnement en me penchant sur le lait sans lactose.

Le lait sans lactose est-il vraiment sans lactose ?

Uiliana kopanytsia

Le lait sans lactose n’est pas exempt de lactose. Quoi donc ? Vous avez bien lu, il y a toujours du lactose dans le lait sans lactose. Le lactose est simplement modifié pour être plus digeste. En résumé, le processus est de prédigéré le sucre du lait comme le ferait l’organisme humain en présence de l’enzyme lactase. Le lactose est un glucide complexe et la lactase permet de le diviser en deux (le glucose et le galactose) afin qu’il soit absorber correctement par l’organisme.

Dans les laits animaux même sans lactose, il y a présence de caséines. Donc on pourrait en déduire qu’une étiquette qui mentionne sans lactose n’exclut pas la présence de caséine, de lait. Et pour pousser la réflexion, lorsqu’il est noté uniquement sans lactose dans les ingrédients (par exemple dans le saucisson),  cela voudrait dire qu’il  y a présence de lait (caséine).

Donc qu’est-ce qu’on en retient ?

Pour les intolérants à la caséine, évitez les produits avec la mention sans lactose. Il est souvent dit que le lait de chèvre contient peu de caséines mais il contient plus de bêta-lactoglobuline que le lait de vache, une autre protéine allergénique ! Donc prudence avec les laits animaux !

3ème préjugés: Manger sans produits laitiers = VEGAN

Les premiers à faire la bourde sont souvent les restaurateurs ! Quand vous précisez votre intolérance aux produits laitiers, le serveur vous propose la plupart du temps un menu VEGAN.

Il suffit que vous combinez une seconde voire une troisième intolérance et le menu vegan tombe à l’eau !  Les vegan mangent sans produits laitiers animaux par choix et ils ont d’ailleurs une alimentation riche en céréales, légumineuses, fruits et légumes.

Donc pour faire simple, oui on peut adapter un plat végétarien/vegan à une personne intolérante mais attention aux fromages de chèvre par exemple ou à des plats sans viandes ni poissons qui deviennent réellement lassants pour les intolérants omnivores !

4ème préjugé: lait de chèvre et de brebis = des produits laitiers ?

Jurgen Scheeff

L’intolérance aux produits laitiers est souvent associé à une seule et unique catégorie de lait c’est celui de la vache ! Mais les produits laitiers englobent également tous les laits animaux ! Dont le lait de chèvre de brebis, de jument. Il y a autant de caséines et de lactoses dans ces différents laits animaux. Le lait de brebis contient plus de lipides que les autres cependant.

Une anecdote : j’ai commandé un repas sans lait chez un traiteur. Il avait mis un crottin de chèvre dans mon plat. Surpris il me dit « vous m’aviez dit sans produits laitiers ! ». Voilà pourquoi je tiens à clarifier ce point ! 😉

Voilà les principaux préjugés que j’entends régulièrement en tant qu’intolérante à la caséine du lait. Il y a de nombreuses confusions pour les gens extérieurs mais aussi pour les intolérants eux-mêmes. Le décodage des étiquettes devient parfois un vrai défi !

Et vous, avez-vous un préjugé à partager ? Ecrivez-moi dans les commentaires ci-dessous 😉

Sources

Partager l'article :
  •  
  •  
  •