Comment le stress influence notre digestion ?

Le stress s’exprime de plusieurs manières à travers le corps en créant des déséquilibres. On a tous connu des périodes stressantes où l’on reconnait les symptômes suivants : des sueurs froides, de la nausée, des migraines, des étourdissements, des tremblements, des pertes de mémoire, des maux de ventre, une accélération du rythme cardiaque etc…

Selon votre « terrain » et votre hérédité, le stress se manifestera peut-être plus facilement chez vous lors de votre digestion. On entend d’ailleurs les expressions du type : « j’ai le ventre noué », « j’ai une barre à l’estomac », « avoir la peur au ventre ». Alors comment le stress perturbe notre digestion ? Quels sont ses mécanismes ?

Qu’est-ce  que le stress ?

Pour commencer, il est nécessaire de définir le stress et comprendre comment il fonctionne.

Le stress est une réaction d’adaptation de l’organisme pour maintenir l’équilibre de l’état intérieur (principe de l’homéostasie).

Il est important de dissocier la cause du stress (= le stimulus), le stress vécu (réaction de l’organisme) et les conséquences (symptômes physiques et psychiques, maladies, anxiété…).

Le stress est considéré comme la «maladie du XXème et du XXIème siècle ». A l’origine le stress n’est pas une maladie mais une réaction utile et ponctuelle qui permet de se protéger des agressions extérieures. Le stress est devenu un véritable poison mortel depuis qu’il s’installe dans notre quotidien et qu’il devient répétitif.

Les symptômes généraux

Gift habeshaw

 Ils se manifestent à 3 niveaux :

  • Émotionnels : troubles de la concentration, de la mémorisation, nervosité, irritations, mal-être, baisse de libido…
  • Comportementaux : repli sur soi, relations sociales conflictuelles, des tendances addictives (tabac, drogues, alcool, sucre, médicaments…), perte de l’envie d’agir, sentiment d’insécurité…
  • Physiques : fatigue chronique, insomnies, migraines, troubles digestifs, modification de l’appétit, douleurs lombaires et cervicales, sueurs inhabituelles, tension musculaire…

Comprendre les mécanismes du stress

Les facteurs de stress quotidien relèvent principalement de 3 domaines : la santé, la famille et le travail.

Kévin ku

Il existe 3 stades successifs :

  • La réaction d’alarme : en état d’alerte, le corps mobilise toute l’énergie nécessaire pour répondre au danger. Par exemple : Être attaqué par un ours provoque un gros stress pour sa survie. Il y a donc une surproduction d’adrénaline.
  • Le stade de résistance : on s’adapte à une situation stressante qui est répétitive. Le stress agit ici, principalement sur le système hormonal. Des corticoïdes sont sécrétés, notamment la cortisone et le cortisol. A long terme, cela va affecter le système immunitaire et inhiber la transmission de la sérotonine (neurotransmetteur qui participe à la gestion des émotions).
  • Le stade d’épuisement : La phase de la résistance dure trop longtemps et elle peut être trop intense. Cela engendre l’épuisement de l’individu. Il y a un trop plein d’hormones du stress (corticoïdes, adrénaline..) et un déséquilibre des neurotransmetteurs tels que la sérotonine, la dopamine, la noradrénaline, le Gaba, l’acétylcholine etc…

La vidéo ci-dessous résume bien les mécanismes du stress:

La maintenance des organes digestifs

Les organes digestifs vont du pharynx jusqu’à l’anus. Il existe une mécanique bien huilée pour que la digestion se fasse parfaitement. Les glandes digestives participent, elles,  au processus de transformation des aliments dans notre organisme.

Le chef d’orchestre est le système nerveux autonome (ou système nerveux neurovégétatif) qui va donner le tempo (accélérateur ou freineur). C’est lui qui gère le péristaltisme. En d’autres mots, il s’agit de la progression des aliments de la bouche jusqu’au rectum. Ce phénomène physiologique, appelé également motilité digestive, est un mécanisme spontané de l’œsophage, de l’estomac et des intestins.

Les facteurs de déséquilibre qui influencent le système digestif sont le stress de la vie quotidienne, l’hygiène de vie (alimentation, sédentarité), la qualité du sommeil et la génétique.

Les symptômes d’un déséquilibre digestif sont les ballonnements, les gaz en excès,  les nausées, la diarrhée, la constipation, le reflux gastrique, le syndrome du côlon irritable. Pour reconnaître un déséquilibre de votre flore hormonale, je vous invite à lire l’article suivant: https://vitalitintestinale.fr/comment-reconnaitre-un-desequilibre-de-la-flore-intestinale/

Le ventre : notre deuxième cerveau

Priyanka singh

Notre ventre contient environ 200 millions de neurones qui veillent à notre digestion et communique de façon permanente avec notre cerveau. Les scientifiques ont appelé les intestins « le cerveau éthérique » qui est le siège émotionnel du corps. C’est là qui est produit 95% de la sérotonine, neurotransmetteur qui participe à la gestion des émotions en cas de stress.

L’appareil digestif peut être touché par plus de 800 maladies (maladies inflammatoires chroniques, ulcères, colopathies fonctionnel, syndrome du côlon irritable…) qui ont des répercutions tant physiques que psychologiques.

Ces maladies se propagent de plus en plus et sont souvent liées à un état de stress, d’anxiété, de surmenage dans notre mode de vie actuel :

  • colopathie fonctionnel
  • syndrome du côlon irritable
  • ulcère, gastrite
  • ballonnement, flatulences, crampes abdominale
  • troubles digestifs : constipation, diarrhée

Conseils pour retrouver une bonne digestion

Pour revenir à l’équilibre, il est important d’avoir identifié l’agent stressant et de travailler sur ses propres réactions face au stress.  Pour cela, plusieurs recommandations :

Wesley Tingey
  • Dormir suffisamment et à heures fixes,
  • Limiter le temps passé devant les écrans (téléphone, tablette, ordinateur, TV),
  • Limiter son exposition aux ondes à hautes fréquence (wifi, Bluetooth, portables…),
  • Faire régulièrement du sport (de préférence en plein air),
  • Prendre du temps pour soi, pour se détendre et se relaxer (méditation, yoga, sophrologie..),
  • Limiter les « faux amis » en excès : alcool, cigarettes, drogues, jeux vidéo, chocolats, sucreries…
  • Relativiser et se demander qu’est-ce que je tire de positif de la situation ?
  • Préparer ses propres repas,
  • Rééquilibrer son alimentation de manière variée, équilibrée et surtout la bonne quantité,
  • Eviter le grignotage,
  • Se poser au calme pour manger,
  • Diner tôt : Manger au moins 2h avant de se coucher.

Ce sont bien entendu des pistes. Si vous en ressentez le besoin, vous pouvez même vous faire accompagner par un professionnel de santé ou un thérapeute. Il ou elle vous guidera avec objectivité et vous accompagnera dans vos choix de bien-être.

Pour conclure, il ne faut pas sous-estimer le stress dans notre société actuelle. Il ne sert à rien de lutter ou de vouloir l’éviter à tout prix. Il s’agit d’abord de reconnaître comment se manifeste le stress en nous et de l’apprivoiser. La solution n’étant pas d’éteindre le signal du stress mais de décoder son message qui permet de nouveaux réglages dans notre vie.

Et vous comment ressentez-vous le stress ? Cet article vous a plu ? Partagez-le à vos proches 😉

Sources :

Partager l'article :
  •  
  •  
  •