Comment reconnaître un déséquilibre de la flore intestinale ?

Nous avons tous connu  dans notre vie des troubles intestinaux. En général vous ne pouvez pas les ignorer et ils sont tellement inconfortables qu’ils ne passent pas incognitos ! Lorsque notre flore intestinale est en équilibre, la santé a de grandes chances de s’épanouir. Plusieurs indices, mêmes minimes, montrent un dérèglement. A nous de bien les identifier !

Le microbiote = la flore intestinale en deux mots

Le microbiote intestinal correspond à un ensemble de micro-organismes qui ont colonisé le tube digestif. Il contient des virus, des souches bactériennes, des levures, des champignons, des microbes etc…

Il compte environ 600 à 1000 espèces différentes et au nombre de 100 000 milliards ! Il s’agit d’un réel écosystème qui pèse entre 1.5 kg à 2 kg !  

Ses fonctions interviennent à plusieurs niveaux

Ricardo Resende

La digestion : dégradations de certains résidus alimentaires et de protéines; l’hydrolyse des lipides; l’assimilation des nutriments et la synthèse de certaines vitamines.

La protection: il défend l’organisme en limitant le développement de certaines bactéries et en empêchant les agents pathogènes de s’installer, Enfin il stimule le système immunitaire.

L’information : le microbiote intestinal possède un système nerveux qui lui est propre. Il communique en permanence avec le système nerveux du cerveau. Il a principalement un rôle d’information.

L’équilibre de toutes ces espèces est important pour préserver notre santé. S’il y a une prolifération de certaines bactéries ou d’agents pathogènes, il y aura donc inflammation et un déséquilibre des cellules.  Quels sont donc les indicateurs d’un tel bouleversement ?

1er indicateur : La digestion

C’est le plus courant et le plus visible. Le processus de digestion se fait en 6 grandes étapes. De la mastication dans la bouche à l’excrétion par l’anus. Si vous voulez comprendre de manière plus approfondie je vous invite à télécharger mon livre sur mon blog sur « Comment retrouver un bon transit par des méthodes naturelles ». Les symptômes associés à une digestion perturbée comprennent :

Tong Nguyen Van
  • La constipation : les selles se déplacent trop lentement le long du gros intestin. Les matières deviennent dures et sèches. Leur expulsion est souvent difficile et peu fréquente.
  • La diarrhée : La fréquence des selles augmentent à plus de 3 fois par jour. La consistance des selles est molle et/ou liquide.
  • Les ballonnements, les flatulences et les gaz intestinaux : Il s’agit d’une accumulation de gaz dans le colon. Ils sont produits par des bactéries qui se nourrissent de nos résidus non-digérés.
  • Les spasmes intestinaux : Il s’agit de contractures brusques et incontrôlées ressemblant à des crampes. Ces spasmes seraient liés à des dysfonctionnements neurologiques de la sphère digestive, qui entraînent un excès de sensibilité au niveau des intestins.

2nd indicateur : Les allergies 

Elles proviennent très souvent de l’intestin. On peut parler de fragilité de la muqueuse intestinale. Autrement dit celle-ci s’est affinée pour diverses raisons (prise d’antibiotiques répétées, une alimentation non-adaptée…).

Cela peut correspondre à des allergies saisonnières par exemple dû aux différents pollens. Cela se manifeste donc par de la toux, la gorge qui gratte, les yeux rouges qui piquent. Les poumons qui brulent. Une sensation omniprésente d’avoir du  mal à respirer.

Tom Hermans

Il peut y avoir aussi des allergies alimentaires tels que le gluten, le lait, le soja, les arachides, la fraise etc…

Certains vont réagir par la peau avec de l’eczéma, des boutons, de l’acné purulente, des douleurs articulaires ou digestifs (vu précédemment).

3ème indicateur : Le problème d’absorption

Vos résultats d’analyses montrent une anémie ou des carences en vitamines et oligoéléments ?

Revenons à nouveau  à la paroi intestinale. Notre intestin joue un rôle lourd de responsabilité n’est-ce pas ?  D’où l’importance d’en prendre soin !

Si votre intestin est « poreux » autrement dit si la paroi intestinale est perméable ;  ce que vous mangez et respirez passera à travers cette membrane qui est sensée jouer le rôle de filtre.

Ensuite cela ira directement dans le sang, qui lui, alimente tout le corps ! L’intestin est la phase terminale de la digestion et c’est là où est absorbée la majorité des nutriments et des vitamines. Si l’intestin est endommagé, il y a défaut d’assimilation de la nourriture.

4ème indicateur : Les infections chroniques

Mitchell Luo

Nous pouvons penser parfois que ce sont des allergies mais les tests ne prouvent rien. Vous vous faites examiner par un allergologue et R-A-S pas de résultat.

Et pourtant vous avez toujours des inflammations à répétition et toujours les mêmes ! Ras le bol n’est-ce pas ?

Nous revenons à notre cher et tendre intestin ! Il représente un des plus importants émonctoires de notre organisme. Autrement dit une porte de sortie pour évacuer tous nos déchets et toxines qui viennent de l’extérieur mais aussi celles qui viennent de nos propres cellules.  Les manifestations seront : un rhume chaque hiver par exemple, des bronchites, des rhinopharyngites, des boutons de fièvres, des tendinites, des sinusites etc…

5ème indicateur : Le sommeil

Quel est le rapport entre le sommeil et l’équilibre intestinal ?

Tara raye

Plusieurs études ont montré que le sommeil est très sensible à la qualité du microbiote intestinal, avec lequel il interagit constamment. La diminution de la durée du sommeil et la présence de troubles chroniques du sommeil seraient dû à une décadence significative de la flore bactérienne. Ces perturbations provoquent à leur tour un déséquilibre du microbiote appelé dysbiose.

Le site Biocodex relate dans un article la recherche de scientifiques de l’université de Washington.

Ces derniers ont voulu  identifier les molécules servant de signal pour déclencher le sommeil. Ils se sont plus particulièrement intéressés au butyrate, un acide gras à chaîne courte dont les principales sources sont les produits laitiers et les fibres présentes dans nombreux végétaux (asperges, flocons d’avoine, artichauts, ail cru, poireaux, oignons).

Le butyrate a donc été testé chez des rongeurs selon trois modes d’administration. L’injection sous-cutanée n’a eu aucun effet. En revanche, la prise orale a allongé la durée de sommeil profond de près de 50 % ! Des effets similaires ont été accentués par une injection directe dans la veine porte, confirmant l’implication du foie dans le processus.

Le butyrate déclencherait le sommeil en se fixant sur des récepteurs situés dans la paroi du foie et/ou de la veine porte.

Selon cette étude, il serait donc important de favoriser une alimentation qui produit du butyrate ou qui en contient déjà pour prendre soin de son microbiote et par conséquent de son sommeil.

Pour finir

Il peut y avoir encore d’autres indicateurs et ils peuvent être spécifiques à chaque individu ! Nous n’avons pas tous le même « terrain » et la même hygiène de vie. Le corps nous envoie toujours des signaux lorsqu’il y a danger pour notre santé. L’état naturel du corps est le retour à l’équilibre. Pour permettre de maintenir cette harmonie faut-il d’abord être à l’écoute et faire les réglages nécessaires.

Et vous, de quel manière votre corps vous indique un déséquilibre ? Partagez dans les commentaires ci-dessous 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •