Est-ce que les gaz intestinaux sont un signe de bonne santé ?

Nous connaissons tous les différents termes pour parler des gaz intestinaux gênants : les vents, les pets, les flatulences, les ballonnements… Souvent on les entend et/ou encore on les sent ! Avoir des gaz peut être en effet embarrassant mais c’est pourtant un processus naturel de notre corps.

Cependant, est-ce que “péter” est signe d’une mauvaise digestion ou est-ce au contraire un signe de bon fonctionnement de notre appareil digestif  ? Comment s’y retrouver ? C’est ce que nous allons essayer de comprendre dans cet article.

Les gaz intestinaux

Wikipédia décrit la flatulence comme : « La production de gaz intestinaux, accumulés dans l’intestin ou l’estomac et provoquant des ballonnements, qui peuvent être expulsés hors du corps de façon volontaire ou involontaire par l’anus ou la bouche ».

En moyenne, un adulte produit entre 10 et 25 vents par jour, soit 0.5 à 1.5 Litre de gaz. Au-delà, on parlera de flatulences. Ils sont composés d’azote, d’oxygène et de dioxyde de carbone.

Tous ne naissent pas égaux, et leur odeur ainsi que la fréquence dépend de l’alimentation, de l’état de santé de la flore intestinale de l’organisme qui les produit.

Comment se forment les gaz ?

Les causes des gaz varient en fonction du symptôme lié aux gaz. Les gaz ont 2 possibilités : soit ils remontent vers le haut jusqu’à la bouche (éructations) ; soit ils descendent vers le bas jusqu’à l’anus (flatulences). L’oxygène, l’azote et le dioxyde de carbone proviennent de l’air avalé tandis que le dihydrogène et le méthane sont des sous-produits de la dégradation des résidus alimentaires par les bonnes bactéries (probiotiques) naturellement présentes dans le côlon.

Les éructations sont provoquées par l’ingestion de l’air et les boissons gazeuses.

Ja San Miguel

Les personnes avalent normalement de petites quantités d’air lorsqu’ils mangent et boivent.

Mais certaines personnes ingèrent inconsciemment de plus grandes quantités d’air (aérophagie) à maintes reprises pendant qu’elles mangent ou fument et lorsqu’elles ressentent de l’anxiété ou de la nervosité.

Une salivation excessive, comme on peut l’observer avec le reflux gastro-œsophagien, les prothèses dentaires mal ajustées, certains médicaments, les personnes qui mâchent du chewing-gum ou les nausées de cause quelconque, augmente également l’ingestion d’air.

Les flatulences résultent du mélange d’hydrogène, de méthane et de dioxyde de carbone produits par les bactéries normalement présentes dans le gros intestin.

Happy OPK

Ces bactéries dégradent les aliments que le corps ne peut digérer. Pendant cette activité, les bactéries produisent des gaz, qui peuvent être produits en excès :

  • Lorsque les personnes consomment certains aliments
  • Lorsque le tube digestif ne parvient pas à absorber correctement les aliments (syndromes de malabsorption)

Les syndromes de malabsorption peuvent accroître la production de gaz. Les patients qui présentent un déficit en enzymes intestinales digestives, comme ceux qui présentent une carence en lactases, ont tendance à produire de grandes quantités de gaz lorsqu’ils consomment des produits contenant ces sucres. D’autres syndromes de malabsorption, comme la maladie cœliaque et l’insuffisance pancréatique, peuvent également augmenter considérablement la production de gaz. (source mdsmanuals.com).

 

Les ballonnements

On peut observer une sensation de ballonnement ou de gonflement abdominal (distension) chez les personnes qui présentent des troubles digestifs comme une mauvaise vidange de l’estomac (gastroparésie) ou un syndrome de l’intestin irritable, ou encore d’autres troubles physiques comme un cancer de l’ovaire ou un cancer du côlon.

De nombreux médicaments peuvent ralentir la vidange gastrique et entraîner des ballonnements.

La plupart des personnes qui se sentent ballonnées n’ont en fait aucun surplus de gaz dans leur appareil digestif. Toutefois, les études montrent que certaines personnes, dont celles atteintes du syndrome de l’intestin irritable, sont particulièrement sensibles aux gaz présents en quantités normales dans les intestins.

Vous avez le ventre gonflé après avoir mangé ? Si oui, ce sont des gaz coincés dans votre estomac car vous avez sûrement trop mangé. Les excès sont l’une des causes les plus répandues du ballonnement.

Une des causes : l’alimentation

Ashley Green

Le volume de gaz émis par les bactéries dépend principalement du régime alimentaire. Les aliments qui donnent des gaz sont :

  • Les aliments à teneur élevés en glucides : le pain, les pâtes, le riz
  • Les légumes crucifères : les brocolis, les choux de Bruxelles et le chou-fleur
  • Autres légumes : les haricots, les flageolets, les fèves, les pois, les lentilles, la famille des oignons
  • Les fruits : lorsqu’ils sont mangés en dessert. Les pommes naturellement sucrées fermentent facilement.
  • Les aliments contenant des grains entiers comme les céréales.
  • Les produits laitiers qui contiennent du lactose (sucre du lait).
  • Les boissons et aliments sucrées.

Autres causes

Genetic literacy project

Certaines maladies peuvent être à l’origine de flatulences récurrentes :

  • L’intolérance au lactose (sucre du lait) ou l’intolérance à la caséine (protéine du lait).
  • La maladie coeliaque (indigestion du gluten, sucre qui se trouve dans le blé et d’autres céréales).
  • Des infections digestives par des bactéries ou des parasites.
  • Une prolifération de bactéries commensales (non pathogènes).

Une famille de bactérie responsable ?

Les gaz intestinaux se forment dans l’intestin au cours de la digestion et il s’agit d’un processus physiologique normal. Cependant, un certain nombre d’individus ressentent une réelle gêne au quotidien. La science a peut-être une explication à nous donner.

Drew Hays

Une étude a été menée par des chercheurs en physiologie et physiopathologie digestive de l’institut de recherche de l’hôpital de Vall d’Hebron à Barcelone. Ils ont mis en évidence la corrélation entre l’inconfort des flatulences et la présence d’une bactérie nommée Bilophila wadsworhia dans le microbiote intestinale.

Ce microorganisme produit un gaz irritant qui augmente la sensibilité intestinale. Ce dernier est apparemment présent chez les personnes présentant des symptômes d’inconfort liés à la flatulence.

Pour cette étude, la comparaison s’est faite entre un groupe de personnes souffrant de flatulence à un deuxième groupe ne présentant pas ces symptômes.

Le Pr Fernando Azpiroz, chercheur principal de l’étude, explique certaines de ces conclusions : « le volume de gaz chez les personnes souffrant de flatulence inconfortable n’est pas plus important que chez les sujets du groupe de contrôle ; en revanche, ils expulsent ces gaz plus souvent » et il ajoute que « ce n’est pas la quantité de gaz qui cause les malaises, mais leur origine et leur composition. »

En effet, les chercheurs ont découvert la présence de la bactérie Bilophila wadsworthia chez les personnes du groupe souffrant d’inconfort digestif. Celle-ci délivrerait un gaz sulfhydrique, cause d’irritation et de malaises. Chez les sujets du groupe de contrôle, les gaz étaient produits par d’autres bactéries et composés d’hydrogène et de méthane, des gaz moins irritants.

L’étude conclut en outre qu’un régime riche en aliments flatulents n’altère le microbiote intestinal que chez les personnes plus sensibles, qui avaient déjà des symptômes préexistants. Le Pr Francisco Guarner, responsable du groupe d’études sur le microbiote intestinal, explique que ce type d’aliments provoque un déséquilibre dans le microbiote intestinal des personnes présentant ces symptômes intestinaux, en entrainant une diminution des espèces qui le composent. (source: gutmicrobiotaforhealth.com)

Pourquoi certains gaz sentent mauvais ?

99 % de ces gaz sont inodores et les 1 % restant responsables de l’odeur

Jacob Boavista

Des gaz malodorants se forment au niveau du colon lorsque les bactéries fermentent une partie des aliments non-digérés tels que les glucides et les sucres. L’odeur est le résultat de la stagnation des flatulences dans le colon et le fait qu’ils contiennent du sulfure d’hydrogène, célèbre pour son odeur d’œuf pourri.

Ce gaz est produit lorsque le corps décompose des aliments qui contiennent du soufre. Ce sont les bactéries intestinales qui le produisent à partir de protéines. Or, on trouve du soufre dans une grande variété d’aliments très bons pour la santé, comme le brocoli, les haricots et le chou-fleur.

Ce gaz peut aggraver les maladies inflammatoires intestinales et augmenter le risque de cancer. Mieux vaut donc, pour le bien de tous, limiter sa production.


En revanche, les gaz extrêmement nauséabonds méritent une attention particulière car ils indiquent un potentiel problème de santé. Ces gaz peuvent être le signe d’un trouble intestinal chronique, tels que le syndrome de l’intestin irritable ou la maladie coeliaque, ou encore une infection passagère comme la gastro-entérite.

Où se forment nos différents gaz ?

Nous l’avons vu précédemment que nos gaz se forment au cours de la digestion ; notamment une toute petite partie dans l’intestin grêle et la plus grand partie dans le colon avant leur évacuation.

On peut distinguer les différentes bactéries en fonction de leur métabolisme, basé sur la dégradation soit des glucides, soit des protéines :

Il existe donc 2 flores dans notre colon:

  • La flore de fermentation s’oppose à la prolifération des “mauvaises” bactéries et limite le développement de la flore de putréfaction. Elle a donc un rôle de protection.
  • Les flores de putréfaction et de fermentation en excès sont à l’origine de déséquilibres intestinaux. La prise de probiotiques permet de rétablir l’équilibre entre ces 2 flores.

Comment diminuer les gaz ?

1- Trouvez la cause

Est-ce que ce sont des ballonnements ou des flatulences ou encore des rots ? Avez-vous mal au ventre, de la constipation ou de la diarrhée ? Est-ce que ces gaz se portent uniquement sur une famille d’aliments ? Assurez-vous qu’il ne s’agit pas d’une inflammation intestinale ou encore d’une maladie.

2- Pour calmer les symptômes gênants, vous pouvez :

  • Manger plus lentement et bien mastiquez vos aliments
  • Augmenter votre activité physique (course à pieds par exemple)
  • Réduire votre consommation de lait de vache
  • Faire réinstaller vos prothèses dentaires mal ajustées
  • Augmenter progressivement la consommation de fibres dans votre alimentation
  • Eviter de parler en mangeant, de manger quand vous êtes pressés, de fumer ou mâcher du tabac ou du chewing-gum, de boire des boissons gazeuses etc.

3- Favoriser des aliments digestes qui seront facilement assimilés par l’intestin grêle. Les aliments qui demanderont le moins de travail digestif. Supprimer le sucre complexe et les céréales voire les légumineuses pour certains. Manger des fruits 1h avant votre repas ou comme encas.

4- Prendre des compléments alimentaires : Prenez conseil auprès d’un professionnel de santé (médecin, pharmacien, naturopathe…).

  • L’ail en gélules (lallicine : principe actif),
  • Berberine : régule les populations fongiques à prendre en cure,
  • L’huile essentielle d’origan à prendre en gélule gastro-résistante,
  • La cannelle de ceylan,
  • L’infusion de mauve,
  • Du charbon ou de l’argile verte qui ont un pouvoir absorbant.

Conclusion

Avoir des flatulences est donc un processus biologique normal qui provient de nos bactéries commensales (indispensables à notre vie). En excès, les gaz produits par notre organisme (éructions, vents, ballonnements) sont à prendre en considération dans le dépistage d’une inflammation intestinale ou d’une prolifération bactérienne ou d’une maladie. L’odeur n’est, selon mon point de vue naturopathique, pas un bon signe car cela montre une augmentation excessive de la flore de putréfaction.

Cet article vous a plu? Partagez-le avec vos proches et laissez-moi un commentaire ci-dessous!

Sources

  • Thierry Casasnovas, vidéos: “surdéveloppement bactérien dans l’intestin” et “Régime cétogène, pourquoi j’ai le ventre qui gonfle…”
  • quebecscience.qc.ca
  • vidya.bio
  • huffingtonpost.fr
  • badgut.org
  • passionsante.be
  • passeportsante.net
  • pensersante.fr
  • gutmicrobiotaforhealth.com
  • maxisciences.com
  • msdmanuals.com
Partager l'article :
  •  
  •  
  •